Saint Josémaria Textes du jour

La Visitation de la Vierge Marie à sa cousine Elisabeth

Quelques textes de saint Josémaria sur le second mystère joyeux de Rosaire : la Visitation

EVANGILE SELON SAINT LUC

En ce temps là, Marie se leva, et s'en alla en hâte vers les montagnes, dans une ville de Juda. Elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Élisabeth. Dès qu'Élisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint Esprit. Elle s'écria d'une voix forte :

« Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de ton sein est béni. Comment m'est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi? Car voici, aussitôt que la voix de ta salutation a frappé mon oreille, l'enfant a tressailli d'allégresse dans mon sein. Heureuse celle qui a cru, parce que les choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur auront leur accomplissement ».

Lc 1, 39-45 TEXTES DE SAINT JOSEMARIA

Maintenant, mon jeune ami, tu dois déjà savoir te débrouiller. — Accompagne avec joie Joseph et Sainte Marie... et tu apprendras les traditions de la Maison de David : Tu entendras parler d'Elisabeth et de Zacharie, tu t'attendriras devant l'amour très pur de Joseph, et ton cœur battra très fort chaque fois que l'on prononcera le nom de l'Enfant qui va naître à Bethléem...

Nous marchons en hâte vers les montagnes, jusqu'à une ville de la tribu de Juda (Lc 1, 39).

Nous arrivons. — C'est la maison où va naître Jean, le Baptiste. — Elisabeth salue, avec reconnaissance, la Mère de son Rédempteur: Tu es bénie entre toutes les femmes et le fruit de tes entrailles est béni! — D'où me vient cet honneur que la Mère de mon Seigneur vienne à moi ? (Lc 1, 42 et 43).

Jean-Baptiste tressaille dans le sein de sa mère... (Lc 1, 41). — L'humilité de Marie s'épanche dans le Magnificat... — Et toi et moi, qui sommes orgueilleux — qui étions orgueilleux —, promettons d'être humbles.

Saint Rosaire, 2

Bienheureuse es-tu parce que tu as cru, dit Elisabeth à notre Mère. — L'union à Dieu, la vie surnaturelle, comporte toujours l'exercice attrayant des vertus humaines : parce qu'Elle « porte » le Christ, Marie apporte la joie chez sa cousine.

Sillon, 566

Tourne les yeux vers la Sainte Vierge et contemple comment elle exerce la vertu de la loyauté. Quand Elisabeth a besoin d'elle, l'Evangile dit qu'elle accourt « cum festinatione », dans une hâte joyeuse. Apprends.

Sillon, 371

La paix de nous savoir aimés de Dieu notre Père, incorporés au Christ, protégés par la sainte Vierge Marie, protégés par saint Joseph. Voilà la grande lumière qui illumine nos vies et qui, au milieu de nos difficultés et de nos misères personnelles, nous pousse à aller de l'avant avec courage. Chaque foyer chrétien devrait être un havre de sérénité où l'on perçoit, au-delà des petites contradictions quotidiennes, une affection vraie et sincère, une profonde tranquillité, fruit d'une foi réelle et vécue.

Quand le Christ passe, 22, 4